Le CBD, nouvelle coqueluche des serial entrepreneurs ?

Après avoir longtemps souffert d’une image controversée du fait de sa filiation avec le cannabis, le cannabidiol, ou CBD, s’impose progressivement comme une valeur sûre dans l’industrie du bien-être. Avec une demande massive et des perspectives plus que prometteuses, le CBD suscite les convoitises des entrepreneurs. Explications…

Le nombre de boutiques de produits au CBD explose littéralement en France

C’est en tout cas que titrait RMC dans une chronique du 6 octobre 2021. « Avant l’été, il y avait 400 boutiques de CBD en France. Aujourd’hui, il y en a environ 1 700, et de nouvelles boutiques ouvrent quasiment toutes les semaines », peut-on lire dans ce billet.

La tendance s’est manifestement accélérée, puisque le nombre de magasins proposant du CBD est passé à environ 3 500 en 2022 selon les chiffres du journal Les Echos, sans compter les e-stores comme Pro 4 You CBD. L’explosion de l’offre s’explique par une demande massive qui ne faiblit pas, malgré des idées reçues qui persistent sur le cannabidiol et sa filiation au cannabis.

Le CBD consommé par plus de 10 % de la population française

Selon les chiffres de l’interprofession des métiers du chanvre (Interchanvre) relayés par le très sérieux média LSA Conso, la France compterait près de 7 millions de consommateurs occasionnels ou réguliers de produits de cannabidiol. C’est plus de 10 % de la population française. Selon l’Ifop, 68 % des 15 – 59 ans déclarent consommer du CBD. Dans les pays de l’UE, cette molécule non psychotrope et non addictive a encore plus de succès, puisqu’elle est consommée par environ 16 % de la population européenne.

A lire  Où trouver un casino en ligne suisse ?

Extrait de la plante Cannabis L. Sativa, le cannabidiol a manifestement trouvé son public, et pour cause : il brillerait par des vertus antalgiques, ses propriétés anti-inflammatoires et ses effets apaisants sans présenter d’effets secondaires. En France, seuls les produits de CBD à moins de 0,2 % de THC sont autorisés. Au regard du législateur, c’est la garantie d’un produit exempt de tout effet psychotrope.

Le CBD nouvelle coqueluche des serial entrepreneurs

CBD : pourquoi un tel engouement ?

Plusieurs raisons peuvent expliquer le succès du cannabidiol dans l’Hexagone et, plus largement, en Occident :

  • Les Français n’ont jamais aussi peu et aussi mal dormi. Selon le Baromètre du Sommeil de Santé Publique France, nous aurions perdu une heure et demie de sommeil par nuit en une cinquantaine d’années. Fort de ses propriétés apaisantes et relaxantes, le CBD est perçu comme une alternative naturelle et moins invasive que les somnifères et autres anxiolytiques. Selon les chiffres de l’Ifop, un Français sur cinq déclare consommer (ou avoir consommé) du CBD pour améliorer la qualité de son sommeil.
  • Les études scientifiques qui ont investigué le potentiel thérapeutique du CBD ont livré des résultats très prometteurs, que ce soit au niveau de la gestion du stress et de l’anxiété, l’amélioration du sommeil, la réduction de l’inflammation musculaire et tissulaire, la maîtrise de la douleur et même le traitement de certaines formes réfractaires d’épilepsie (notamment chez l’enfant) ;
  • Connue pour son principe de précaution parfois poussé à l’extrême, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a progressivement assoupli sa position sur le cannabidiol. En effet, son comité d’experts explique dans un communiqué que « le CBD ne semble pas présenter de potentiel d’abus ou de nocivité pour la santé» ;
  • L’arrivée des produits de CBD dans les rayons des grandes surfaces contribue à améliorer son image et à lever les idées reçues. Des acteurs comme Carrefour, E. Leclerc et surtout Monoprix (250 « espaces CBD » partout en France) bénéficient d’un grand capital confiance auprès des consommateurs ;
  • Le ministère de la Santé et des Solidarités a lancé une grande expérimentation pour évaluer le potentiel thérapeutique du CBD en mars 2021. Les résultats de cet essai clinique qui porte sur plus de 3 000 patients devraient commencer à être publiés début 2023.
A lire  Quelle formation pour devenir herboriste ?

Si la filière présente de belles opportunités aux entrepreneurs et autres investisseurs, elle reste bridée par l’incertitude juridique. En effet, si le CBD est parfaitement légal, son statut est régulièrement remis en cause, ne serait-ce que partiellement. Le 30 décembre 2021, un arrêté ministériel était venu interdire la vente des feuilles et fleurs de CBD brut… avant d’être temporairement suspendu par le Conseil d’Etat.

Cette incertitude juridique ne permet pas aux professionnels de se projeter et de lancer des projets d’investissement. Elle complique également l’accès au financement, puisque les banques françaises rechignent à débloquer des fonds pour les projets liés au CBD par crainte d’une décision juridique défavorable au secteur à court ou moyen terme.

Article mis à jour le 22 août 2022